©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

La maison du bonheur

Murs peuplés d’amis ou déroulant de beaux paysages, êtres physiques et virtuels se côtoyant en harmonie : c’est l’habitat « conscient », interactif et assisté, version européenne. Sous le regard des scientifiques, des cobayes humains testent ces technologies pour le moins intrusives.Reportage...


« Recherchons femmes et hommes entre 30 et 40 ans, sans enfants, pour participer à une session dans le HomeLab», indique une affichette placardée dans les couloirs du campus de Philips Research à Eindhoven (Pays-Bas). C’est ainsi que l’industriel recrute des volontaires – rémunérés – pour l’une des expériences scientifiques les plus étonnantes du moment: observer des individus enfermés un ou plusieurs jours dans une maison truffée de technologies révolutionnaires. Histoire de tester l’utilité et la pertinence des prototypes, de les perfectionner, et d’apporter aux ingénieurs de nouvelles idées. Inauguré en janvier2002, le HomeLab a déjà reçu plusieurs groupes, jamais plus d’un jour. Cet été, grande première: il a accueilli une famille de quatre personnes pendant une semaine. Nom de code de l’aventure: «Ambient Intelligence», que l’on traduit en français, selon les Néerlandais, par «intelligence agréable».


La maison est un bloc marron de deux étages, somme toute assez laid, bâti sur le flanc d’un immeuble de bureaux du campus. Au rez-de-chaussée, entrée, cuisine, salon, salle à manger. A l’étage, une salle de bains et deux chambres, l’une pour les enfants, l’autre pour les parents. Le tout, meublé avec le goût aseptisé et glacé d’un appartement témoin. De l’autre côté des murs courent des corridors où des employés s’activent parmi des dizaines d’ordinateurs, des matelas en pagaille, des bureaux et des câbles. Dans l’habitat, ni fils, ni boutons ou autres télécommandes apparents. Seuls des écrans plats géants sont visibles dans chaque pièce. Impossible de déceler les caméras, nichées dans des globes opaques et disséminées un peu partout dans les plafonds.

Suite de l' article en lien


Source & infos complémentaires :
Sciences & Avenir

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Discussions
Pas d'avis pour “La maison du bonheur”
Participer à la discussion

Impossible de commenter cet article