©

Faut-il quitter France Télécom ?

Tarifs, services, innovations... les fournisseurs d'accès à Internet attaquent France Télécom de toutes parts, avec un succès certain. L'opérateur historique n'a pas pour autant baissé les bras et compte de nombreux arguments en sa faveur. Alors FT, toujours dans le coup ?

Il y a les "crétins" pour Free, la Non-assistance à internaute en difficulté (NAID) chez Club Internet, la blonde aux formes généreuses d'Alice... Dans la guerre marketing qui oppose les fournisseurs d'accès à Internet (FAI), tous les moyens sont bons ! Pour sceller le sort de France Télécom, les FAI se livrent à une surenchère d'offres et d'innovations que l'opérateur historique a du mal à suivre.

Mais France Télécom réagit. Orange intègre désormais gratuitement la télévision sur ADSL dans tous ses forfaits, quand ses concurrents ne la proposent qu'à leurs abonnés dégroupés. Par ailleurs, seuls Orange et Club Internet commercialisent des accès à Internet en ADSL 2+ (18 Mbit/s) à tous les Français raccordés à un central téléphonique compatible. Les autres fournisseurs d'accès limitent cette technologie aux seules lignes dégroupées. France Télécom, dont la filiale Orange est la seule à proposer la visiophonie sur la ligne fixe, expérimente depuis quelques mois déjà une offre très haut débit (50 Mbit/s et plus) dans six arrondissements de Paris et six villes des Hauts-de-Seine, en s'appuyant sur la fibre optique. Et avec Unik, un téléphone mobile hybride GSM-WiFi, Orange ne se contente pas de riposter à Neuf et à son Twin : la filiale de France Télécom est la première à faire converger téléphonie mobile et fixe avec un numéro de téléphone unique et des communications transitant par Internet*.
Pourtant, la téléphonie sur Internet suscite beaucoup de déceptions. La qualité des communications est souvent inférieure à celle des appels sur le téléphone classique, avec écho, déformation de la voix, mots coupés, etc. Aux heures de forte utilisation du téléphone, il n'est pas rare que les appels n'aboutissent pas. AOL, Orange et Wengo se démarquent de leurs concurrents par leurs efforts d'amélioration. AOL a commercialisé un téléphone IP audio large bande . Cette technologie, développée par Thomson, fait appel à un système de compression-décompression audio (codec) capable d'exploiter l'importante bande passante de l'ADSL pour offrir une meilleure qualité sonore. Orange s'apprête à proposer cette technologie en option. Chez Neuf, la filiale téléphonie IP, Wengo, travaille aussi sur la question.

S&S >> Digitalworld

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Discussions
4 avis pour “Faut-il quitter France Télécom ?”
  1. Contre, rester chez France Télécom pour...
    ..............
    - Conserver sa ligne téléphonique commutée classique, non tributaire d'une éventuelle panne électrique, et utilisable pour envoyer et recevoir des télécopies

    Nous à la maison nous sommes chez Club-Internet et dégroupées totalement, et nous n'avons aucun problème à envoyer ou à recevoir des télécopies ( fax )

    Par Serge le Belge | lundi 25 septembre, 11:26
  2. Une télécopie sans électricité hum J'aimerai bien voir ça Rigole
    Blague à part, quand je vois les frais d'inscription, la question pour moi était plutôt : pourquoi prendre FT ? hum Surtout que maintenant, le câble fait aussi et même pendant & après les orages (merci MerlinGerin siffle)

    Par PhilouDuNord | mardi 26 septembre, 18:16
  3. la question clandestine est :
    peut-on quitter la France par les télécom...
    Passeur...heu ! pas sûr !
    Peur

    Par SentisMental | mardi 26 septembre, 18:19
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié