©

D'une pièce montée à la Pêche melba ...

Une expo à s’en lécher les babines ! elle nous propose un panorama des douceurs que l’on servait dans les dîners de l’aristocratie et dans les bals. Au 19ème siècle, le dessert était l’apothéose du dîner,  son originalité en était en réalité la réussite : soufflés au chocolat, pièces montées, charlottes russes, babas et brioches étaient montés sur socles et présentés aux convives et invités.

Les desserts représentaient à l’époque une réelle culture agissant sur tous les sens et c’est également ce qui est offert aux visiteurs de l’exposition : tables richement décorées, anciens menus, superbes couverts en argenterie, linge de table en tissus fins et raffinés 

ont été rassemblés afin d’être exposés dans les salles du château. Sont aussi mises en exergue d’autres facettes du plaisir de la table au dix-neuvième : cartes des vins, listes d’ingrédients, noms de chefs célèbres, d’invités ainsi que l’étiquette obligatoire afin de respecter les convenances.

Musique et associations littéraires accompagnent les visiteurs dans leur périple sensuel, entourés de senteurs de chocolat, citron et vanille.
Il ne reste hélas que peu de temps pour profiter de cette idée itant esthétique que savoureuse, mais lorsque le soleil brille dans nos jolis matins d’automne, le plaisir des sens se poursuit dans le très beau parc du château où couleurs et senteurs automnales envahissent le promeneur.

Les renseignements concernant l’exposition sont adaptées en français des informations trouvées sur le site du Château de Gaasbeek.



Site du Château van Gaasbeek ( en Néerlandais)

[Actualité rédigée par Niki]

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : pièces montées cygne ;
Discussions
6 avis pour “D'une pièce montée à la Pêche melba ...”
  1. Regrettablement, l'article sur le site du chateau n'est pas complet.
    Il fallait réellement faire la visite pour réaliser ce que représentaient les desserts dans les dîners du dix-neuvième siècle.

    Il s'agissait réellement d'un code régissant la vie des nantis, où il ne faisait pas bon non plus arriver deux fois en suivant avec la même robe; sans oublier que les tenues pour assister aux dîners suivaient également un code très strict. Pas question de dîner dans une robe d'après-midi ou de début de soirée.
    Quelques beaux exemplaires vestimentaires figuraient dans l'exposition également.

    Mais bien sûr, le clou de tout cela étaient les pièces exposées dans les diverses salles du chateau, réalisées en sucre et résine en ce qui concerne les grandes pièces, mais aussi "nature" en ce qui concerne les brioches, fruits confits, petits gâteaux sec.

    En voici un aperçu descriptif, car je ne peux malheureusement pas vous montrer les photos du prospectus.

    1. Salle à manger - Brioches et Kougelhopfs
    Brioches (grandes et petites), dorées et appétissantes, ainsi que les Kougelhopf. Originaires d'Europe centrale, les brioches sont un délicieux mélange d'oeufs, farine, sucre et beurre; leur version parisienne y ajouta une petite boule sur le dessus.
    Le kougelhopf en forme de turban comportait,  en plus des ingrédients précédents, des raisins de Corinthe et des amandes. On les servait avec une tasse de café bien fort dont ils adoucissaient l'amertue.

    2. Galerie - Ruines romaines, sur une petite table à l'écart mais bien en vue pour les invités
    Le pâtissier de cet ensemble, qui tient plus de l'architecte d'ailleurs que du cuisinier, était le plus que fameux ANTOINE CAREME qui travailla pour des politiciens en vue et pour la noblesse.
    Au 19ème, la tendance était un retour vers le passé, Rome surtout fascinait.

    3. Galerie - Ensemble décoratif avec temples et arc de triomphe - sur la table au centre
    L'ensemble est purement décoratif, ne servant nullement à être dégusté. Il est typiquement de style "Empire", très en vogue sous Napoléon. Il s'agit réellement d'une pièce  de prestige, comprenant miroir, arc de triomphe, petits temples et petits objets les entourant (animaux mythologiques, etc), le tout en sucre. Seule la haute noblesse pouvait se permettre ce type de décoration, à laquelle travaillait une armée de mitrons pendant des semaines entières, à l'aide de techniques très particulières.

    Cette oeuvre a été prêtée à Gaasbeek par le musée BOWES où elle est exposée en permanence, avec tous les petits moules en bois de buis.

    Tout autour de l'ensemble se trouvent une série de  boîtes en sucre miniatures absolument ravissantes, décorées également selon qu'elles seraient offertes à un homme ou une dame,  dans lesquelles se trouvaient des petits bonbons et qui étaient offertes aux invités (triés sur le volet, faut-il le spécifier).

    4. Petite salle Egmont  (là où Lamoral d'Egmont passa ses dernières heures avant d'être assassiné par le duc d'Albe avec son ami Hornes) - Pagode chinoise
    L'orientalisme, tout comme le style Empire, fut l'une des grandes modes faisant fureur au 19ème siècle. Tout ce qui venait d'Orient fascinait et était "in". Chaque dame se devait de posséder un vrai kimono en soie brodée.
    La pagode chinoise en exposition est également une création du célèbre Carême; celle-ci est en sucre et fait face au pavillon chinois de la collection permanente, en ivoire celui-là.

    5. Chambre bleue - ainsi nommée parce que les murs étaient recouverts de tissu bleu, ayant hélas fadi avec le temps - Goûter
    La marquise Arconati-Visconti tenait régulièrement salon. Elle invitait des personnages en vue du monde littéraire et politique à prendre le café chez elle. Des goûters étaient alors prévus dans les alcôves près des fenêtres de la jolie chambre bleue. Ici point de "ruines" sucrées ou autres pièces qui entraîneraient les esprits vers d'autres sujets de conversation. Par contre de délicieux crèmes au chocolat, servies avec des gâteaux secs. Le tout d'allure simple, mais que l'on ne s'y trompe pas : tout cela émanait des plus grands pâtissiers bruxellois.

    6. Salle gathique - Tour gothique
    Le gothique et la renaissance redeviennent  également à la mode au 19ème, ce qui se remarque principalement dans les desserts où le style gothique fait fureur.
    La marquise aimait assez la Renaissance (Gaasbeek fut d'ailleurs reconstruit en style neo-Renaissance à la demande de la marquise). C'est le pâtissier Dubois qui fabriqua la tour en sucre et gomme arabique.
    Très chic, mais gare aux dents !

    7. Salle Scockaert - Pyramides de fruits confits
    Giammartino Arconati-Visconti et sa marquise étaient fréquemment en contact avec la noblesse sicilienne; les buffets de desserts dans les palais de Palerme étaient démesurés.
    La salle Scockaert semble avoir été conçue pour mettre à l'honneur les fantastiques créations des pâtissiers italiens.

    8. Bibliothèque - Pêche Melba
    Nellie Melba était une cantatrice célèbre dans la jeunesse de la marquise, qui n'était encore que Marie Peyrat. C'est le grand Escoffier qui conçut un dessert spécialement à la demande de la cantatrice, dans lequel on trouve de la  glace vanille, avec pêches  et framboises. Un délice pour les connaisseurs.
    Les glaces sont présentées ici sur un cygne aux ailes ouverts, semblant prêt à prendre son envol.

    Petite parenthèse : c'est dans la bibliothèque que se trouve un petit escalier secret, d'où une personne pouvait se tenir et observer. Ou espionner, c'est selon.

    9. Salle des Chevaliers - Pièce de cérémonie
    Une pièce de prestige dans une salle prestigieuse. Pour un peu, on croirait assister à l'un de ces dîners aux Tuileries sous le Second Empire.

    10. Appartements privés de la marquise - Petits fours et dîner intime
    Exceptionnellement, les appartements privés de Marie, marquise Arconati-Visconti ont été ouverts au public à l'occasion de cette exposition. Cela permet ainsi d'exposer de la vaisselle précieuse, mise en place pour un dîner à deux.
    La marquise adorait Gaasbeek, où elle venait se reposer loin des mondanités et de ses obligations parisiennes. A Gaasbeek elle ne recevait que des amis proches, ce qui lui évitait aussi les corvées des conventions vestimentaires.
    Là on servait des petits fours, ces délicieuses bouchées sucrées dont la marquise raffolait.




    Par Niki | samedi 18 novembre, 16:35
  2. ah ça, ça c'est du commentaire du chez commentaire ...

    merci DS ..  Prosterne

    Par Serge le Belge | samedi 18 novembre, 16:40
  3. j'ai aussi appris que les chefs pâtissiers avaient toujours leur carnet de croquis avec eux, dans lesquels ils dessinaient les desserts qu'ils comptaient créer; ce carnet était tellement précieux que dans les grandes maisons il était enfermé dans le coffre du maître des lieux qui traitait d'ailleurs le cuisinier et le pâtissier avec beaucoup d'égards, vu qu'ils étaient très demandés.

    et le saviez -vous : au 19ème siècle, les ananas frais étaient très prisés comme élément décoratif, ils étaient aussi extrêmement coûteux vu leur rareté; certaines maisons n'hésitaient pas à en louer pour montrer à leurs invités qu'eux aussi pouvaient se les permettre.

    Proud

    Par Niki | samedi 18 novembre, 19:37
  4. Ca me donne une idée

    créer une soc qui loue , des homards, truffes noires, asperges   ect ect ...

    Par Serge le Belge | samedi 18 novembre, 19:54

  5. ah ça, ça c'est du commentaire du chez commentaire ...

    merci DS ..  Prosterne


    en fait cela aurait dû faire partie de l'article, si les infos sur le site de gaasbeek eussent été plus complètes

    Par Niki | dimanche 19 novembre, 08:23

  6. Ca me donne une idée

    créer une soc qui loue , des homards, truffes noires, asperges   ect ect ...


    oui mais tu spécifies bien à ta clientèle que "défense de toucher", puisque c'est loué !  Rigole

    pour ce qui est de ma grande asperge, je suis sûre qu'il accepterait de louer ses services en tout bien tout honneur, comme   DJ par exemple - les grands dîners ont toujours eu des groupes musicaux
    Trumpet Violon Bande Rock
    Rigole

    Par Niki | dimanche 19 novembre, 08:29
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié