©

Le principe de régurgitation de la girafe (version simplifiée) et autres considérations non nietzschéennes

La réponse à une question: « oui, la girafe est un ruminant » a suscité de multiples réactions de la part de mon entourage dont les connaissances girafesques restent obscures. Toujours attentif à apporter la lumière, ainsi que des bretzels mais là c'est quand nous sommes invités à un « entre-temps » apéritif, c'est un article consacré au processus digestif et masticatoire de la girafe qui se présente à vous. Sujet si combien rare qu'il en devient précieux. Cet article est spécialement centré sur la question: le trajet retour de la végétation de l'estomac vers la bouche de la girafe nécessite-t-il un accessoire particulier ?

La girafe est un mammifère. Ici s'arrête la distinction avec un pape car la girafe est un quadrupède. Vous êtes maintenant à même, fidèles lecteurs, de les distinguer aisément et ceux même de loin car la girafe est le mammifère le plus haut du monde. La girafe porte d'une mode très altière sa tête munie de deux cornes recouvertes de peau et est reliée au sol au moyen de quatre protubérances articulées ou pattes. Elle met bas debout, ce qui entraîne un chute de deux mètres de hauteur du girafon. Aux vues de l'air peu intelligent de la bestiole, nous pouvons déclarer que cette chute n'est pas sans traumatisme ou autres conséquences encéphaliques. La girafe est végétarienne à la mode ruminante de la savane. (Ndr: à ne pas confondre avec le ruminant végétatif qui digère son savane dans le canapé aussi nommé téléspectateur).

La girafe se nourrit de feuilles d'acacia et accessoirement de fourmis qui ne font rien que l'embêter en lui piquant la langue, car 1- l'acacia et les fourmis forment une sorte d'axe maléfique (ou symbiose) contre les girafes, 2- la girafe attrape les feuilles avec sa langue avant de la couper avec sa mâchoire inférieure. La girafe ne possède pas d'incisives supérieures comme bon nombre de ruminants: judokas, boxeurs et sosies de Batiston.

C'est ici que nous nous penchons sur notre sujet: la digestion de la girafe. Observons maintenant le parcours de la végétation nourricière: une fois la feuille arrachée, elle est mâchée puis déglutie. Ensuite, se déroule une phénomène étrange: la nourriture déglutie retourne dans la bouche de l'animal où elle est de nouveau mâchée puis de nouveau déglutie, avant de se décider à parcourir complètement l'animal puis d'en être expulsée (voir figure ci dessous). Alors posons la question, pourquoi?

Image


Nous voyons déjà combien le mécanisme du phénomène qui nous occupe est abstrus; mais ce que nous ne saurions croire, c'est à quel point la détermination de ce mécanisme est rendue obscure par l'organisation qui le produit. Car il faut l'avouer à l'intérieur d'un ruminant règne le désordre le plus complet.

Alors, pour répondre à la question posée je répondrai par point successifs:

1- la régurgitation de l'estomac à la bouche d'aliments préalablement mangés nécessite diverses conditions parmi lesquelles: une constitution fluide, peu d'élément solide de grande taille (2mm maximum).

2- aucun accessoire n'a jamais été trouvé un possession d'une girafe donc le phénomène est physiologique.

3- les aliments remontent dans le conduit oesophagien grâce à un effet d'aspiration provoqué par une raréfaction de l'air contenu par les poumons, produite par une contraction énergique du diaphragme (glotte fermée bien évidemment). Ainsi pompé, l'oesophage se trouve en dépression qui se comble par l'aspiration des aliments de l'estomac. A ce point nous avons des aliments dans le bas de l'oesophage. La remontée jusque la bouche est induite par une contraction d'un pilier du diaphragme qui provoque une contraction antipéristaltique de l'oesophage et les amène dans la bouche.


La démonstration est là: la rumination n'est qu'un problème de plomberie. Cela dit une question reste sans réponse: une girafe qui aurait la tête en bas pourrait-elle se nourrir convenablement? Malgrè l'absence d'expérience notoire, nous trouvons que ce mode d'alimentation ne convient pas aux girafes ce qui permettrait d'expliquer pourquoi aucune girafe n'a jamais participé à la conquête spatiale.









Source: Anatomie descriptive de J. Cuveilhier,Meline, Cans et compagnie, Imprimerie, Librairie et fonderie, 1837.

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : digestion de la girafe ; Digestion girafe ; girafe digestion ;
Discussions
1 avis pour “Le principe de régurgitation de la girafe (version simplifiée) et autres considérations non nietzschéennes ”
  1. oui et d'autant peluche, cher collègue et néanmoins confrère
    lorsque l'ascenseur est en panne et que la végétation
    se doit d'emprunter (à taux réduit) les escaliers !
    cela dit;
    quid de la girafe opérée des végétations ?
    hum

    Par SentisMental | vendredi 24 avril, 19:22
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié